google-site-verification: google30ab81e7d9d057c6.html

10 juillet 2015

Ordonnance relative à l'accessibilité!

Communiqué de presse

 

Accessibilité : les députés adoptent le texte de la honte et affichent leur mépris pour les droits des personnes

 

L’Association des paralysés de France (APF) est indignée par l’adoption par les députés du projet de loi de ratification de l’Ordonnance relative à l’accessibilité, hier lundi 6 juillet.

Une adoption scandaleuse par seulement une poignée de députés présents dans l’hémicycle alors même que l’accessibilité concerne l’ensemble de la population !

Une adoption sous forme de trahison puisque la majorité a suivi les orientations de l’Ordonnance, sans proposer de modifications majeures, contrairement à ses engagements auprès du Collectif pour une France accessible en février dernier !

L’APF est exaspérée par ce mépris des parlementaires, du Gouvernement, de l’Etat pour les difficultés vécues par les personnes en situation de handicap et toutes les personnes gênées quotidiennement dans leurs déplacements.

Elle rappelle que cette Ordonnance est contraire à la Convention de l’ONU relative aux droits des personnes handicapées, signée et ratifiée par la France.

 

Après le vote de la honte des Sénateurs qui ont ouvert la voie, début juin, à la dégradation de l’accessibilité, les députés leur ont emboité le pas, en adoptant un texte rétrograde, ne respectant pas les droits fondamentaux des personnes.

Le 11 février dernier, le groupe socialiste à l’Assemblée nationale, s’était pourtant engagé auprès de l’APF et du Collectif pour une France accessible à ne pas ratifier l’Ordonnance en l’état et à la modifier de manière substantielle en faveur de l’accessibilité universelle. Une trahison de plus faite aux personnes en situation de handicap !

L’APF a certes noté les interventions remarquées de certains députés qui ont rappelé l’enjeu pour les personnes concernées. Mais le reste du débat consacré au pragmatisme et au pseudo-réalisme économique, a servi de fait les intérêts économiques et budgétaires des lobbies privés et publics, sous l’impulsion du Gouvernement, au détriment des attentes des citoyens !

 

L’APF et le Collectif pour une France accessible étaient réunis hier à côté de l’Assemblée nationale pour interpeller une fois encore les députés et leur remettre les 232 000 signatures pour l’accessibilité collectées sur change.org/accessibilite. Manifestation qui s’est déroulée dans un climat tendu : les militants ont été bloqués par les forces de l’ordre au moment d’aller remettre la pétition, une personne s’est retrouvée à terre et un dossier de fauteuil roulant a été cassé !!

 

Alors que l’obligation d’accessibilité date de 1975, renforcée par la loi de 2005, cette Ordonnance est une honte pour l’Etat français qui vient de détruire toute ambition d’accessibilité, sans porter aucune considération aux besoins des personnes entravées quotidiennement dans leur mobilité.

Commentaires

Pendant que les technocrates européens assassinent la Grèce afin de faire jouir le grand capital international, dans une moindre mesure mais avec autant de cynisme, nos députés portent un coup fatal à la dignité des personnes handicapées en adoptant cette Ordonnance de la honte qui détruit notre besoin de liberté... Vive la FRANCE à la botte du grand capital !

Écrit par : HENRY Cédric | 15 juillet 2015

Coup de colère des handicapés contre le gouvernement
Les associations d'handicapés sont vent debout. Le Parlement vient de voter l'allongement des délais pour rendre accessibles les lieux publics.

"Inadmissible", a aussitôt jugé Dominique Farrugia, dont la sclérose en plaques a réduit la mobilité. Le producteur, ex-star du petit écran avec la troupe des "Nuls", a proposé aux personnes en fauteuil roulant d'aller "bloquer les portes de Paris" pour faire réagir le gouvernement.

Très remonté lui aussi, le sportif handicapé Philippe Croizon parle de "honte" alors que la France est candidate pour accueillir les Jeux paralympiques en 2024.

Sur RMC, Nicolas Mérille, de l'association des paralysés de France, a fustigé "l'absence de politique publique".

Selon le Collectif pour une France accessible, cette "ordonnance de la honte maintient notre pays en queue de peloton des nations ayant ratifié la Convention internationale des personnes handicapées".

Pour rappel, les lieux publics devaient tous être aux normes pour cette année, selon une loi de 2005. Ils ne sont même pas la moitié.

Le "problème de l'accessibilité est dur à vivre, dans l'indifférence générale", a compati François Bayrou sur France Inter. Pas sûr que ces propos calment la colère des handicapés.

Et nous les gueules cassées Vosgiennes, on fait quoi ?

Écrit par : HENRY Cédric | 23 juillet 2015

Juste après sa réélection en 2002, Jacques Chirac avait donné les trois grandes priorités de son quinquennat : lutte contre l'insécurité routière, combat contre le cancer, insertion des handicapés. Le président avait choisi ces trois domaines liés à la vie quotidienne afin de permettre à notre République de panser ses plaies après que Jean Marie Le Pen soit parvenu au second tour de l'élection présidentielle de cette année là.
Concernant le handicap, Jacques Chirac s'était engagé "personnellement" pour mener une politique d'insertion volontariste en initiant notamment la loi handicap du 11 février 2005. Dix ans plus tard, en matière d'accessibilité, les paroles politiques se sont envolées avec les textes de lois pourtant votés laissant la citoyenneté des personnes handicapées en marge de la société. C'est une fissure là aussi parmi tant d'autres pour notre cohésion sociale favorable aux idées des extrêmes.

Écrit par : HENRY Cédric | 23 juillet 2015

Les commentaires sont fermés.